Saut en tandem

Le dictionnaire du parachutisme : ses termes et expressions

Par où commencer ?

chute libreLes risques
chute libre Choisir la méthode
chute libreTrouver une dropzone
chute libre Fixez une date et sautez
chute libre Obtenir votre licence

Saut de découverte

chute libreSaut en PAC / AFF
chute libreSaut en Tandem

Stage de parachutisme

chute libreStage PAC / AFF
chute libreStage ouverture automatique

La chute libre en vrac

chute libreLes disciplines
chute libreLes jeux
chute libreQuestions fréquentes
chute libreLes photos et vidéos
chute libreLe dictionnaire

Envie d'essayer ?!

chute libreContactez-nous
chute libreProposer une date

Termes usuels des parachutistes classés en catégories:

Notions générales :

Chef de centre (ou directeur technique) : c’est ce celui qui crie dès que vous faites quelque chose de travers. C’est sous sa responsabilité que vous sautez.

Manifest : c’est le bureau administratif par le quel vous devez passer pour vous inscrire. Vous pouvez aussi y obtenir toutes les informations nécessaires à l’apprentissage du parachutisme.

Manifester : signifie s’enregistrer pour un load.

Plafond : c’est la hauteur maximale à laquelle peut voler l’avion. C’est aussi souvent la hauteur à laquelle se trouve la couche épaisse de nuages qui nous empêche de monter plus haut.

Ticket de saut : comme dans les aéroports, pour monter dans un avion, vous avez besoin d’un ticket. Dans un para club, c’est là même chose.

Dropzone (DZ) : zone de saut. C’est où les parachutistes atterrissent normalement.

Hors-zone : se dit d’un atterrissage quand il n’a pas lieu sur la zone prévue. C’est souvent le résultat d’un mauvais largage.

Largage : Action de repérer le moment opportun pour laisser sauter les parachutistes d’un avion. Le largage est fonction de la hauteur du saut, de la force et de la direction du vent et du parachute utilisé.

Load : c’est un groupe de parachutistes qui seront largués du même avion.

Bak : Un autre terme pour désigner l’avion.

Bak-to-bak : terme employé quand on monte dans deux avions successifs. Souvent utilisé pour les moniteurs débordés en pleine saison ;-)

Manche à air / biroute (windsock) : c’est un dispositif en tissu qui permet de connaître la direction et l’intensité du vent, à un moment donné.

Le "T" : c'est le symbole au sol qui détermine l'axe du posé, pour éviter que les parachutistes ne se croisent pendant la phase d'atterrissage. Normalement, quand on remonte le T, on atterrit face au vent.

Cible : c’est la portion du terrain de saut dans laquelle tous les parachutistes devraient atterrir. Il s’agit d’un cercle souvent recouvert de gravier pour amortir les atterrissages. Pratiquement, il faut atterrir le plus près possible de cette cible.

Pendant la formation traditionnelle en ouverture automatique: Remonter au dessus de la page

Ouverture automatique (OA) / static Line (SL) : les parachutistes quittent l’avion et une ligne statique ouvre leur sac et actionne le déploiement de la voile principale.

Dummy pull : En tant qu’élève en ouverture automatique, vous devrez effectuer ce geste de simulation d’ouverture commandée. Vous devrez alors à la sortie de l’avion cambrer et tirer sur une commande factice, avant le déploiement de votre parachute.

Chute libre : En chute libre, l’élève OA doit ouvrir son parachute lui-même car il n’y a plus de ligne statique pour le faire à sa place.

Circuit (d'approche) : C’est le chemin qu’il faut emprunter sous voile pour atterrir, si possible sur la cible. D’habitude, on parle de circuit par la gauche ou de circuit par la droite.

Point d'entrée : C'est le point de départ du circuit. Pratiquement, on demande à l'élève de se trouver à un point donné, à une hauteur donnée.

Pendant la formation en chute libre: Remonter au dessus de la page

AFF (Accelerated Freefall ) : Méthode d’apprentissage de la chute libre utilisée partout dans le monde

PAC (Progression Accompagnée en Chute) : Formation à la chute libre utilisée uniquement en France

Jumpmaster : c’est le moniteur qui saute avec l’élève durant sa progression AFF / PAC

GASP : Ground, Altitude, Secondary, Primary : c’est le cycle d’opérations à effectuer entre deux exercices en chute libre : Regarder le sol, lire la hauteur sur son altimètre, regarder le moniteur 2 (à gauche) puis le moniteur 1 (à droite)

GAP : Ground, Altitude, Primary : c’est la même chose que le GASP, mais sans le moniteur 2 lors des niveaux 4 à 7 de l’AFF.

Cambrer : c'est le mot que vous entendrez le plus pendant votre formation. Le fait de cambrer, de pousser le bassin en avant et de lever le menton vous permet d'obtenir une position stable en chute. D'où le postulat : « Les grands buveurs de bière sont souvent très stables en chute »

Matériel de parachutisme: Remonter au dessus de la page

Harnais : Ensemble de sangles solidarisant le parachutiste avec sa voilure, par l'intermédiaire des élévateurs.

Container : Sur la partie arrière du harnais sont cousus deux compartiments (conteneurs) distincts dans lesquels sont rangés le parachute principal et le parachute de réserve.

Rig : nom donné à l’ensemble porté par le parachutiste : harnais et conteneurs

Elévateurs (Risers) : ce sont des sangles en nylon qui relient le harnais aux suspentes de la voile. Les élévateurs de la voile de réserve font partie du harnais, tandis que ceux de la principale y sont fixés par le système débrayable, le système trois anneaux.

Système 3 anneaux : c'est le système qui retient les élévateurs de la voile principale au harnais. Grâce à un démultiplicateur de force, il est possible de décrocher cette voile, au besoin, avec un effort minimum.

Extracteur (Pilot Chute) : Petit parachute dont la mise en oeuvre extrait la voilure principale ou la voilure de secours, hors du conteneur.

Voile principale : C’est la voile avec laquelle vous devez normalement atterrir ;-)

Voile de réserve ou « réserve » : C’est la voile avec laquelle vous atterrirez si la voile principale ne s’est pas bien déployée ou en cas de dysfonctionnement. Elle est presque identique à la principale.

Drisse (Bridle) : c’est la sangle de liaison qui relie l’extracteur à la voile

Glisseur : Dispositif de réduction du choc et de temporisation d'ouverture d'une voile. C’est un tissu rectangulaire muni en ses coins d'anneaux dans lesquels passent les suspentes. Sans glisseur, l’ouverture sera trop brusque.

Les suspentes (ou les lignes) : ce sont les cordes qui relient la voile aux élévateurs.

Les commandes ou les freins : ce sont les poignées situées sur les élévateurs arrières qui permettent de se diriger sous voile et de freiner.

L'aiguille (ou pin) : c'est la petite pièce métallique qui sert à fermer le conteneur. Quand on tire sur celle-ci, le sac s'ouvre. C'est aussi un joli pendentif.

Pull-out : système concurrent du hand deploy, par lequel on tire sur un petit coussin pour ouvrir le conteneur de la voile principale duquel jaillit un extracteur à ressort .

Hand deploy : l'extracteur est jeté avec la main dans le courant d'air, qui le gongle et lui permet d'extraire le sac de rangement de la voile principale.

AAD : Automatic Atication Device : c'est un système mécanique ou électronique qui active l'ouverture du parachute de réserve à une certaine vitesse et à une hauteur donnée. Elle permet ainsi d'éviter l'impact aux parachutistes qui ne pourraient pas tirer eux-même pour une raison ou une autre. Les plus connus sont le FXC 12000, le Cypres, le Vigil et bientôt l'Argus.

Altimètre : c'est un appareil barométrique qui permet de déterminer la hauteur à laquelle on se trouve. L'alti est gradué en pieds ou en mètres. On le porte au poignet ou sur la sangle de poitrine.

Altison : c'est un altimètre électronique sonore paramétrable. On peut ainsi se faire rappeler par un son strident dans l'oreille que le sol approche. Il est indispensable pour certains types de sauts : sauts en vol relatif, vidéo, freefly, etc. Les modèles le plus connus sont le Dyter et pro-track.

Différentes appellations: Remonter au dessus de la page

PL / PA ( Precision Landing / Précision d'atterrissage ) : voir disciplines.

CF / CRW ( Canopy Formation / Canopy Relative Workshop ) : voir disciplines.

FS / RW ( Formation Skydiving / Relative Workshop ) : voir disciplines.

Sit Fly (Chute assis) : c'est une position du freefly. Faut-il vraiment expliquer ?

Head Down (tête en bas) : c'est une position du freefly. Faut-il vraiment expliquer aussi ?

Free Fly (vol libre) : voir disciplines.

Style / Freestyle : voir disciplines.

BASE : voir disciplines, bien que cela ne soit pas vraiment une discipline !

Tirer (pull) : ouvrir son parachute

Planches à roulettes : c'est un matériel indispensable à l'entraînement au sol des relativeurs.

Mockup : c'est une porte d'avion factice qui est utilisée pour exercer les sorties d'équipes.

Briefing : Avant de monter dans l'avion, vous définissez clairement ce que vous allez faire à la sortie, ce que vous ferez pendant le saut et la hauteur de séparation.

Exit : C'est le moment de vérité pour les élèves parachutistes !

Axe de largage ("sur axe") : C'est l'axe horizontal emprunté par l'aéronef pour larguer les parachutistes au dessus du terrain.

Dérive ( Tracking ) : déplacement horizontal

Séparation : Quand le saut est terminé ou qu'on arrive à une hauteur donnée, les parachutistes d'une formation se séparent (partent en dérive) pour aller ouvrir, loin les uns des autres.

Sikki : c'est un objet dont la vitesse de descente est semblable à celle d'un parachutiste sous voile. Le largueur jette le Sikki à 1000m et regarde où il atterrit. Ainsi, il peut estimer le sens et la force du vent, et déterminer le point de largage des parachutistes, pour qu'ils atterrissent le plus près possible de la cible.

Sous voile: Remonter au dessus de la page

Contrôle de la voile : quelques secondes après avoir tiré, la voile se déploie. Il faut alors contrôler que la voile se pilote convenablement et si ce n'est pas le cas, effectuer une procédure de secours.

PDS ( Procédure de secours ) : Quand le parachute principal n'est pas utilisable, il faut « libérer » et tirer le réserve.

Libérer : utiliser la poignée de libération pour décrocher la voile principale, grâce au système trois anneaux.

Twist ( torsade ) : Après l'ouverture du parachute, il arrive que le parachutiste se trouve en rotation en-dessous de son parachute. Un twist se résout très facilement en écartant les élévateurs et en pédalant en sens inverse...

Stall ( décrochage ) : c'est l'action de freiner sa voile complètement jusqu'à ce que la portance s'annule. C'est un des exercices que doit effectuer l'élève sous voile pour sentir comment va se comporter la voile lors de l'atterrissage.

Flair (arrondir) : lors de l'atterrissage l'énergie cinétique de la voile est transformée en portance, ce qui permet d'arrondir la trajectoire et de se poser avec une vitesse verticale quasi nulle.

Swoop : pendant le circuit d'atterrissage, il est possible d'accélérer la voile en tirant sur les élévateurs avant et en les relâchant pour donner le maximum de portance lors de l'atterrissage. Méthode vivement déconseillée, même pour les parachutistes expérimentés.

Pararol : c'est une technique d'atterrissage en « roulé boulé » qui est encore enseignée aux Pays-Bas. Elle consiste à amortir le choc de l'atterro effectuant un rouleau.

Packing / Packer / Repack : Respectivement pliage, un plieur, un repliage (du réserve)
 

 

© 2004/2011 - Skydive Europe ASBL - www.chutelibre.com